Chronique d’un temps fauve

1981, de Ricardo Trogi (2009)

1981 : c’est l’ère du Walkman, du K-Way, de la montre-calculatrice et du catalogue Distribution aux consommateurs (comment se fait-il que, moi aussi, j’ai passé des heures à le feuilleter?). C’est aussi à cette époque que le jeune Ricardo Trogi emménage avec sa famille dans un quartier plus favorisé, qu’il change d’école, succombe aux charmes de la belle Anne Tremblay, entre de plein fouet dans l’adolescence et découvre les affres de la réalité économique. 1981 est le compte-rendu d’une année charnière, une fresque juste et habile narrée avec une verve franche, une œuvre sans prétentions qui divertit avec doigté et intelligence. La distribution anonyme et efficace semble au service du récit personnel, et le réalisateur Ricardo Trogi (Québec-Montréal) prouve que l’on peut être un véritable auteur sans avoir la grosse tête et se prendre trop au sérieux.

Rafraîchissant.

Pour afficher la bande-annonce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s