La poésie d’Éric Roger ou quand les mots imitent le fleuve

Tes bras n'imitent plus le fleuve

Les heures chimiques
Les outardes nous quittent
Nous laissent seuls dans le piège
Des heures chimiques
Délaissent ce temps qui nous invente
Partir pour mieux revenir effacer nos mensonges
Le silence derrière cette porte
Allume des cierges déjà éteints
Fantôme de l’obscurité
Qui fait l’amour aux phares de la nuit
Je renonce à l’appel des saints
Nuit gothique sans mot
Qui dévoile l’esprit des tourmentes

La sœur de la terre fait rêver
Prends dans tes mains
Ce qui oblige à être
Belle rondeur
Que le toucher retient
La sœur de la terre fait rêver
Tu jubiles
Les bras nus de liberté

Réveil brutal d’une larme
Étrange sensibilité s’empare de moi
Je dois en vouloir au soleil
Je reste las à t’attendre
Tes bras n’imitent plus le fleuve

Tes bras n'imitent plus le fleuve, le plus récent recueil d'Éric Roger.

Tes bras n’imitent plus le fleuve, le plus récent recueil d’Éric Roger.

L’escalier des yeux
Toute cette neige
Me rappelle toutes ces larmes
Trop longtemps retenues
Tu sais celles qui montent à la gorge
Refusant de se rendre à l’escalier des yeux

L’amour cache un couteau
Entends-tu
L’oiseau chaman
Déposer ses ailes
Sur tes épaules
Telle une aura qui murmure
Son silence à l’espace du temps
L’amour cache un couteau
La nuit sera sans retour

Éric Roger, l'auteur de « Tes bras n'imitent plus le fleuve ».

Éric Roger, l’auteur de « Tes bras n’imitent plus le fleuve », est en nomination pour le prix Alphonse-Piché dans le cadre du Festival international de la poésie de Trois-Rivières.

On devient le mime de l’autre
La nuit ne s’éteindra pas
La ville s’occupe de toi
Je songe à brûler mon coeur
Mais un vent étrange s’amuse
À souffler sur les allumettes
La parole reste muette
On se fout bien de ce qu’elle a à dire
On devient le mime de l’autre
Un clown dans une chaloupe sans rames
Je vous observe de loin
Mais si proche
De vos méfiances

© Éric Roger, 2013. Tous droits réservés pour tous pays.

Vous pouvez vous procurer une version PDF de Tes bras n’imitent plus le fleuve en communiquant directement avec l’auteur à productionssolovox@hotmail.com. Vous pouvez également visiter la page Facebook d’Éric Roger, celle de SoloVox et celle de SoloVox Web télé sur Douteux.tv, la télé des délaissés.

Cliquez ici pour consulter le site Web du Festival international de la poésie de Trois-Rivières.

2 réflexions sur “La poésie d’Éric Roger ou quand les mots imitent le fleuve

  1. Jean Yves Métellus dit :

    Belle présentation. Bien méritée!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s