Programme double

The Great Gig in the Sky

Aujourd’hui, je vous propose un programme double : The Great Gig in the Sky, le chef-d’œuvre absolu du regretté Rick Wrigh, qui fut le claviériste de Pink Floyd, et Soundscapes, de Robert Fripp, leader de King Crimson depuis plus de 40 ans. Bonne écoute!

The Great Gig in the Sky

Soundscapes

MLK (U2)

Martin Luther King fils

MLK
Sleep
Sleep tonight
And may your dreams
Be realized

If the thunder cloud
Passes rain
So let it rain
Rain down on him
So let it be
So let it be

Sleep
Sleep tonight
And may your dreams
Be realized
If the thundercloud
Passes rain
So let it rain
Let it rain
Rain on him

Paroles et musique : U2

Pour en savoir davantage sur Martin Luther King.

Vivre l’amour en abrégé (Jean Yves Métellus)

Chimère

Jean Yves Métellus (soirée Micro libre d’Yvon Jean, 5 août 2013)
Textes magnifiques, longuement peaufinés; vocabulaire résolument littéraire et recherché; foisonnement d’images fortes; récitation de mémoire émouvante avec juste ce qu’il faut de théâtralité; chant créole a cappella en prime : Jean Yves Métellus nous a habitués à des prestations hors du commun qui vont droit au cœur. Sa performance lors de la soirée Micro libre d’Yvon Jean du 5 août 2013 (ci-dessous) n’a pas fait exception à la règle. Brève, impeccable, efficace, puissante. Une fois de plus, il a repoussé « les limites de l’indicible ».

Artiste multidisciplinaire — outre la poésie, il embrasse également la nouvelle, le roman et même la peinture —, Jean Yves Métellus a publié Œil Profane (Clart Éditions) et D’une rive à elles (Éditions Première Chance). Pour en savoir plus sur cet artiste hors-norme, visitez sa page FB. (Vous devez être connecté à Facebook pour accéder à cette page.)

Echoes (Pink Floyd)

Echoes

Echoes
Overhead the albatross hangs motionless upon the air
And deep beneath the rolling waves in labyrinths of coral caves
The echo of a distant tide
Comes willowing across the sand
And everything is green and summery

And no one showed us to the land
And no one knows the where’s or why’s
As something stirs and something tries
And starts to climb towards the light

Strangers passing in the street
By chance two separate glances meet
And I am you and what I see is me
And do I take you by the hand
And lead you through the land
And help me understand the best I can
And no one calls us to move on
And no one forces down our eyes
No one speaks
And no one tries
No one flies around the sun

Cloudless every day you fall upon my waking eyes
Inviting and inciting me to rise
And through the window in the wall
Come streaming in on sunlight wings
A million bright ambassadors of morning

And no one sings me lullabies
And no one makes me close my eyes
So I throw the windows wide
And call to you across the sky.

Paroles et musique : David Gilmour, Nick Mason, Roger Waters et Rick Wright (Pink Floyd)

Ce qu’il faut dire (Bruno Roy)

Ce qu'il faut dire

Ce qu’il faut dire
Je suis folle à la mesure de l’instant
Je chavire, je délire, je dérive
Je vole en éclats de soleil
J’habite une joie très abîmée de douleur
Je n’ai que mes troubles pour vous tendre la main
Je n’ai que ma brûlure pour marcher avec vous
Je n’ai que les ruines de la mort pour devenir vie

Je n’ai que moi-même pour tout dire
L’ombre à mon cou, je n’ai pas peur
Non, je ne me retournerai pas
J’irai chercher dans tes mains ce courage qui t’a fait
Oui, j’irai par un jour de lumière apprendre à mourir
Pour me rapprocher de moi
Pour me rapprocher de toi
Pour dire ce qu’il faut dire

Chloé Sainte-Marie, album Je marche à toi (paroles de Bruno Roy)

Le Flambeau vivant (Charles Beaudelaire)

Charles Beaudelaire

Le Flambeau vivant
Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières,
Qu’un Ange très-savant a sans doute aimantés;
Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères,
Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés.

Me sauvant de tout piège et de tout péché grave,
Ils conduisent mes pas dans la route du Beau;
Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave;
Tout mon être obéit à ce vivant flambeau.

Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
Qu’ont les cierges brûlant en plein jour; le soleil
Rougit, mais n’éteint pas leur flamme fantastique;

Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil;
Vous marchez en chantant le réveil de mon âme,
Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme!

Charles Beaudelaire (Les Fleurs du mal)

Steve Roach : le chant du cosmos

Steve Roach

Steve Roach est un musicien étonnant, complexe, aux multiples facettes. Ses œuvres ambiantes les plus abstraites (The Magnicificent Void, Mystic Chords and Sacred Spaces) évoquent le souffle sulfureux de l’après Big Bang et le lent mouvement du cosmos. Les éléments de ses opus séquentiels semblent, quant à eux, sautiller (Life Sequence), courir (Stormwarning) ou se heurter les uns aux autres (Arc of Passion) dans un chaos orchestré avec panache. Enfin, un troisième pan de son travail est formé d’une combinaison de voix synthétiques, d’instruments traditionnels et de rythmes tribaux (Dreamtime Return). Certaines de ses pièces agissent sur les ondes cérébrales et font figure d’antidote au rythme effréné de la vie moderne (Structures from Silence, la série Immersion). Et Steve Roach n’a pas fini de nous étonner et de nous ravir : ses nombreuses collaborations l’amènent à se redéfinir sans cesse, à se surpasser, à se réinventer. Inspirée par la solitude et le calme du désert, la musique de Steve Roach crée de nouveaux paysages musicaux et explore des espaces intérieurs vierges.

Steve Roach peint des tableaux musicaux comme d’autres peignent sur la toile ou au moyen de la souris, comme d’autres dansent, écrivent ou… respirent. Par nécessité. Pour cette raison, il produit, de façon artisanale et continue, une musique authentique, singulière et pure.

Pour plus d’information sur Steve Roach, consultez son site Web. Vous pourrez, entre autres choses, vous y procurer ses CD.