Une Saint-Valentin déjantée avec les anges et leurs invitées

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

 Montréal, le 9 février 2017 – Les anges déçus promettent à leur fidèle public une Saint-Valentin déjantée alors qu’ils déclineront érotisme et amour charnel de multiples façons le 14 février prochain au Bistro Le Sainte-Cath, comme en témoigne le thème de la soirée, L’amour s’envoie en l’air.

12240135_10207721323901896_7325289268768785964_nLa flamboyante Frédérique Marleau, qui vient tout juste de lancer son quatrième recueil de poésie, Je mets le feu à la nuit, paru aux Éditions Marjac le 15 janvier dernier, sera la tête d’affiche de cette cinquième soirée Des anges et des mots. Les anges ont arrêté leur choix sur Frédérique en raison de son érotisme percutant qui ne fait pas toujours dans la dentelle… et préfère souvent le cuir clouté!

384352_437095189655757_1268064372_nTrois autres poétesses invitées seront réunies autour des anges. Pascale Cormier, qui lançait l’an dernier un troisième recueil, Une cathédrale de chair, aux Éditions de l’étoile de mer, conjugue sentiments humains et érotisme avec une soif criante de vérité.

mel_bueMél Bué, qui a elle aussi lancé un premier recueil en 2016, intitulé MéliMémo, aux Éditions Empire Desmarais Lavigne, ravira le public avec des textes adroits et plein d’esprit.

16216185_1251096814981231_668620058_nEnfin, Sonya Deschamps complétera ce quatuor de choix avec sa plume élégante, étonnante et nuancée à souhait.

16244292_1867233496893071_1119514794_nPour souligner ce spécial Saint-Valentin déjanté, les anges ont décidé d’offrir à leur fidèle public un cadeau de choix. En effet, Cœur de Lyon charmera l’assistance avec un numéro burlesque qui rendra hommage à la spectaculaire Jessica Rabbit, icône sensuelle bien connue des cinéphiles.

À propos des anges déçus
LesangesClaudine Lippé et Robert Hamel ont formé les anges déçus en 2015. Claudine Lippé a remporté le premier prix du concours de poésie La rivière des Mille-Îles m’inspire en décembre 2015. Pour sa part, Robert Hamel a publié Les souvenirs ventriloques (Éditions de l’étoile de mer 2013). Outre de nombreuses lectures publiques et un recueil à deux voix en chantier, chacun nourrit des projets en solo.

À propos du Bistro Le Sainte-Cath
BistroEn phase avec la collectivité, Le Bistro Le Sainte-Cath (www.stecath.com) combine cuisine créative, scène artistique vivante et aide aux personnes marginalisées. Pour cette raison, le Bistro verse tous ses profits à un nombre important d’organismes communautaires et agit à titre d’incubateur d’artistes en proposant chaque année quelque 260 spectacles gratuits et variés.

Les anges déçus et le Bistro Le Sainte-Cath attendent le public en grand nombre le 14 février 2017 à compter de 19 h. Le Bistro est situé au 4264, rue Sainte-Catherine Est (métro Pie IX et autobus 139 Sud ou métro Papineau et autobus 34 Est). L’entrée est gratuite. IL EST FORTEMENT CONSEILLÉ DE RÉSERVER, SURTOUT EN CETTE SOIRÉE DE SAINT-VALENTIN : 514-223-8116.

– 30 –

Pour renseignements :
Robert Hamel
roberthamelap@gmail.com
514-831-8798

Entrevue avec Frédérique Marleau

Dans le cadre de l’émission Les contes à rendre du 18 décembre dernier sur les ondes de Radio Centre-Ville (102,3 FM), j’ai eu le plaisir et le privilège de piloter une chronique-entrevue complètement déjantée, ludique et lubrique en compagnie de l’auteure Frédérique Marleau. À cette occasion, cette dernière nous a lu des extraits de son plus récent recueil, Petite Culotte!, paru aux Éditions de l’étoile de mer, mais a également dressé un portrait pour le moins sexy de son parcours poétique en anecdotes et en lectures. Voici donc pour votre plaisir voyeur l’intégrale de cette chronique en format vidéo ainsi que, plus bas, l’émission en entier en format MP3.

L’émission Les contes à rendre est réalisée par Marc Lavoie et animée par Yvon Jean. Elle est diffusée tous les jeudis, de 6 h à 8 h, heure de Montréal.

Intégrale de ma chronique De paroles et de lumière du 18 décembre 2014 en format vidéo

 

Contenu intégral de l’émission Les contes à rendre du 18 décembre 2014 en format MP3

Réjean Roy aux Contes à rendre

Réjean Roy, éditeur de l'Arc-en-ciel littéraire et des Éditions de l'étoile de mer.

L’éditeur montréalais d’origine néobrunswickoise Réjean Roy était mon invité lors de ma chronique De paroles et de lumière dans le cadre de l’émission Les contes à rendre sur les ondes de Radio Centre-ville, 102,3 FM, à Montréal. À cette occasion, Réjean soulignait le lancement de 18 nouvelles parutions en novembre 2014. Pour écouter l’intégrale de cette entrevue et d’autres chroniques, cliquez sur le lien MP3 ci-dessous.

 

 

La Nuit de la poésie du 3 août 2013 (3 de 3)

Martin «Martimots» Rivest

La poésie est un chat de ruelle. Elle aime l’heure où le possible rêve, la rumeur de la rue et le murmure des nuits blanches. Elle aime aussi les effluves du plaisir, l’impromptu et l’imprévu. La nuit du 3 août s’est esquissée au fil du temps, elle s’est tracée au gré des gens. Certains se sont désistés, d’autres ont débarqué à la onzième heure. La poésie ne se fige pas dans l’espace. Elle ne se berce pas au rythme de l’horloge. En plein cœur de la nuit, Martin « Martimots » Rivest a rendu un émouvant hommage à la mère, mettant ainsi un point final à cet événement. Puis, la transmission s’est terminée par le magnifique Speak White de Michèle Lalonde, ce cri du cœur de la langue-mère.

Cinquième heure : Extraits cinématographiques de la Nuit de la poésie du 27 mars 1970, Yvon Jean, Vincent Collard, Véronique Cyr, Frédérique Marleau, François-Pierrôt Black, Céline Bruyère, Nathalie Turgeon, Pierre-Gabriel Nepveu, Alain Trempe, Louis et Éric Roger,

Sixième heure : Tommy Gaudet, Simon-Pierre Bilodeau, la Stèle, Martin « Martimots » Rivest, Vincent Collard, Sylvie Caissie, Alain Trempe et J. P. Mortier.

Segment final : J. P. Mortier, extraits cinématographiques des nuits de la poésie (Claude Gauvreau, Michèle Lalonde, Gilbert Langevin, Gaston Miron, Gérald Godin, etc.), Martin « Martimots » Rivest et Michèle Lalonde.

La nuit de la poésie du 3 août 2013 (2 de 3)

Cortezia

La poésie est liberté à l’état pur. La poésie est la parole libérée de ses chaînes, de toutes ses chaînes : linguistiques, politiques, sociales, économiques. La poésie assume ses parts de lumière et d’ombre : sous des airs de jeune fille sage, elle porte des dessous de latex et manie le fouet avec doigté. Docile adjointe administrative le jour, elle s’affranchit des conventions et va au bout d’elle-même la nuit.

Notre série de billets sur la Nuit de la poésie du 3 août 2013 se poursuit aujourd’hui avec la diffusion des vidéos des heures 3 et 4 de ce marathon artistique. Au début de la troisième heure, Louis Royer, qui a eu le privilège de participer à la nuit de la poésie du 27 mars 1970, une initiative de Gaston Miron et Claude Haeffely, se remémore l’événement en compagnie de l’animateur et poète Éric Roger.

Troisième heure : Cortezia (Louis Royer et Jessica Charland), Valérie Côté, la Clocharde, la Stèle et un extrait vidéo (l’incandescent Speak White de Michèle Lalonde).

Quatrième heure : Neil O’Connor accompagné de Vendu séparément, Nathalie Turgeon, Pierre-Gabriel Nepveu, Frédérique Marleau, Valérie Côté, Calie, Sylvie Caissie, Chantal Violaine Bergeron ainsi que des extraits vidéo de Denis Vanier, Michèle Lalonde, Gaston Miron et Claude Gauvreau.

La nuit de la poésie du 3 août 2013 (1 de 3)

Nuit de la poésie du 3 août 2013

La poésie ne court pas les tapis rouges. Elle a horreur du décorum. Elle ne porte pas de vêtements griffés. Elle s’offre rarement des grands crus et préfère la bière artisanale. Elle ne paie ni le loyer ni l’épicerie, et se divise trop souvent en castes. Elle ne craint pas les prises de becs. Elle a parfois l’égo surdimensionné et souvent les émotions à fleur de peau. Mais, malgré tous ses excès et son allure paumée, elle a le cœur grand et le sens de la fête. Elle est le théâtre d’amitiés profondes et singulières. Et elle adore s’aventurer hors des sentiers battus.

Une fois de plus, la poésie a emprunté une nouvelle avenue alors que les artisans des soirées SoloVox et de la série webtélé éponyme, Éric Roger et Yvon Jean, organisaient une cybersoirée de poésie sur les ondes de douteux.tv, une première du genre au Québec. L’activité, qui a duré plus de six heures et réuni plusieurs dizaines d’artistes de Montréal et des environs, a profité de l’occasion pour faire un clin d’œil aux mythiques soirées de 1970 et 1980, deux événements qui ont marqué la vie culturelle de la métropole du Québec.

Lune funambule diffuse aujourd’hui les bandes vidéo des deux premières heures de cette soirée mémorable et vous reviendra sous peu avec d’autres témoignages de cette nuit magique au cours de laquelle plusieurs rêveurs ont fait ensemble un même rêve.

Première heure : Éric Roger, Yvon Jean, le trio Vendu séparément ainsi qu’une étrange créature mi-femme, mi-bête mythologique, Pascale Cormier, David Atman (La Tragédie), Frédérique Marleau, Iris Grondin, Robert Hamel, Catherine H. Lavoie et un extrait de la nuit de la poésie du 27 mars 1970 mettant en vedette Claude Gauvreau.

Deuxième heure : Claude Gauvreau, trio Vendu séparément, Éric Roger, Brigitte Meloche, Alain Trempe, Hugo Dufort, Guillaume Richard ainsi qu’une vidéo de la nuit de la poésie du 27 mars 1970 dans laquelle ont peut voir et entendre, entre autres, Gilbert Langevin, Gérald Godin et Gaston Miron.

Soirée SoloVox estivale le 27 juin

Éric Roger anime les soirées SoloVox depuis près de 12 ans.

Il est enfin arrivé : l’été québécois, chaud, sensuel, lascif et — à mes yeux du moins — fugitif. Il souffle sur la métropole incandescente, furtif clin d’oeil dans la vie d’une autre année qui se dérobe en ces jours festifs. Au milieu des mille et une activités culturelles qui colorent la vie montréalaise, SoloVox ne fait pas relâche, maintient le cap avec détermination et propose une autre soirée poésie-slam-musique relevée : le poète montréalais Éric Roger, grand responsable de cette série depuis maintenant près de 12 ans, a concocté un autre programme qui fera le bonheur des amateurs de poésie d’ici et d’ailleurs. On pourra y entendre Bertrand Laverdure, Frédérique Marleau, Clémence Boucher et David Jasmin-Barrière. Daniel Leblanc-Poirier assumera pour sa part la portion musicale de la soirée, et Marc Poellhuber peignera des paysages sonores avec son doigté habituel. Bien sûr, la soirée se terminera par la traditionnelle séance de micro ouvert, un moment souvent magique où l’inattendu se produit et séduit.

Bertrand Laverdure sera à SoloVox le 27 juin.

Inscrivez immédiatement ce rendez-vous à ne pas manquer à votre agenda : le mercredi 27 juin, dès 19 h, au bar L’Escalier Montréal, au 552, rue Sainte-Catherine Est, à deux pas du métro Berri-UQAM. Pour le prix d’admission (7 $), vous aurez également droit à un recueil de poésie au choix parmi les titres de la bibliothèque volante, laquelle mise sur la contribution de ses généreux commanditaires : les Écrits des Forges, les Éditions du Noroît, les Éditions Tryptique, Prise de parole et les Éditions David.